Logo Ipsa

Actualités de l'école

Ecole

Ecole International Vie étudiante

Les étudiants voyageurs de l’IPSA

L’international est au cœur de la stratégie de l’école. L’IPSA s’est donc lancé dans le développement des programmes à l’étranger pour inciter les étudiants à intégrer une dimension internationale dans leur formation.

Gage de reconnaissance de la qualité de notre école et de sa notoriété grandissante à travers le monde, l’IPSA a conclu un grand nombre de partenariats avec les meilleurs instituts et universités du domaine aéronautique.

logo-Erasmus.jpg

Depuis 2003, l’IPSA, qui tend à internationaliser ses études, permet à ses étudiants d’enrichir leur formation en passant une partie de leur cursus dans des écoles hors Europe. Le premier contrat international s’est fait avec l’Université de Laval au Canada. Plus récemment l’IPSA a signé des accords avec l’Université de Cranfield en Angleterre, l’Institut Aéronautique de Shenyang (SYIAE) en Chine et l’Université Nationale Cheng Kung (NCKU) Tainan City, à Taiwan.

En juin, l’IPSA a obtenu l’habilitation Erasmus et a signé des accords d’échanges avec six universités Européenne. L’Université Technologique de Budapest en Hongrie, le Politecnico di Torino en Italie, Le Fachhochschule Aachen, en Allemagne, l’Université de Bucarest en Roumanie, l’Université de Varsovie en Pologne et Polytechnique de Madrid.

Voici quelques témoignages d’ « étudiants voyageurs ». Les uns sont partis momentanément de l’IPSA pour découvrir des contrées lointaines et enrichir leurs compétences dans le domaine de l’aéronautique, les autres sont venus de l’étranger pour profiter du climat Ipsalien !
Témoignage de Luca ReViglietti et Elena Toson, premiers étudiants ERASMUS à IPSA. Ils viennent du Polytechnique de Turin, en Italie et racontent leurs impressions.



Luca and elena2.jpg

Témoignage de Luca ReViglietti et Elena Toson, premiers étudiants ERASMUS à IPSA. Ils viennent du Polytechnique de Turin, en Italie et racontent leurs impressions.

Bonjour a tous!
Nous sommes Elena et Luca, les ERASMUS italiens qui sont arrivés à Paris pour faire une année à l’ IPSA en dernière année du cycle d’expertise.
Nous avons commencé le master en Ingénierie aérospatiale au Polytechnique de Turin, qui accueille chaque année 26 000 étudiants. Le début a été plus que positif et nous sommes très heureux de cette opportunité.


Elena e Luca

David Guguen est en stage en Allemagne et étudiant Erasmus au Fachochshule Aachen.

« Mon stage à la DLR de Stuttgart m’a permis de m’insérer dans le monde de la recherche aérospatiale dans le très récent secteur de la céramique industrielle. Mes travaux m’ont permit d’utiliser de nouveaux outils (programmes, machines,…), mais également de faire des rencontres qui m’ont ouvert des perspectives au niveau études et opportunités d’emplois. La rencontre de personnes de toutes nationalités au sein de la DLR m’a permis de m’ouvrir à d’autres cultures (tant sur le plan professionnel que personnel). Je continue donc dans cette voie et cet esprit dans mon semestre Erasmus à la Fachhoschule de Aachen, où règne un grand esprit aéronautique qui se retrouve par la suite dans les entreprises en Allemagne. »

 

David Guguen

 

Un Ipsalien à Québec : Jean-Charles Saint-Marc, étudie en dernière année d’ing3 à l’Université Laval du Québec.                                                                                                                     

L’arrivée dans un environnement différent de celui auquel on est habitué est souvent vécue comme une épreuve. Nous nous sommes volontairement arrachés au quotidien si chaleureux que nous avons connu à l’IPSA. Après quelques pas dans l’immense Université Laval nous prenons conscience que nous sommes entrés dans une autre dimension.
Cependant au Canada, passée l’installation dans notre nouvelle chambre, nous nous sentons déjà chez nous. L’université regorge de dizaines de possibilités pour permettre à ses étudiants de se construire et de s’épanouir. Des salles de sport, des salles de musique, une bibliothèque scientifique s’étalant sur quatre étages, nous ne manquons de rien.
En ce qui concerne les cours, ils sont assurément d’un excellent niveau technique et viennent compléter l’enseignement de qualité que nous avons reçu à l’IPSA. Tout est mis en œuvre pour que l’étudiant se sente à l’aise dans son travail. De plus, des séances de dépannage peuvent être organisées à la demande des élèves pour corriger des exercices ou apporter une solution aux interrogations. Malgré le peu d’heures de présence en classe, le travail est assez lourd et il est très déconseillé de prendre du retard !
Mais finalement, nous trouvons toujours du temps libre, surtout en fin de semaine. Nous pouvons donc aller, entre copains, encourager nos équipes universitaires de Football Américain et de Hockey.
Avec cette atmosphère et les Etats-Unis si proches, nous nous prenons à rêver… le rêve Américain.

Jean-Charles Saint-Marc

 

Témoignage de Jordan Vannitsen en Stage d’ING1 à Taiwan.


Jordan2.jpg« Partis cet été à Taiwan avec deux amis Ipsaliens afin d’effectuer mon stage d’ING1, je garderai de ce séjour un souvenir mémorable.
Nous avons eu la chance de travailler au sein du Département Aéronautique et Astronautique de la National Cheng Kung University. Notre mission consistait à participer à la réalisation du Microsatellite LEAP (Low-Frequency EArthquake Precursor). Nous avons tout particulièrement axé notre travail sur la conception du Boom. Ce dernier est un mât télescopique servant à contrôler l’orientation du Microsatellite par rapport à la Terre, en utilisant la méthode du gradient de gravité.

Tant du point de vue technique qu’humain, ce stage fut pour nous source d’un véritable enrichissement personnel.
NSPO.jpgNous avons approfondi nos connaissances concernant l’utilisation du logiciel CATIA et avons appris à mettre en place les réunions au cours desquelles nous présentions nos différents projets.
L’équipe qui nous accompagnait tout au long de ce travail était motivée et très sympathique. En ajoutant à cela les autres rencontres effectuées au cours de notre séjour, la découverte d’une autre culture, d’autres paysages, et d’une population des plus accueillantes, il nous est impossible de tirer autre chose qu’un bilan positif de cette expérience.
Ce stage de trois mois nous a donc semblé trop court, l’Ilha Formosa n’a sûrement pas fini de nous surprendre et nous n’avons qu’une hâte : y retourner. »

Jordan Vannitsen

Posté le : 7 novembre 2007