Logo Ipsa

Actualités de l'école

Etudes

Etudes Vie étudiante

Les projets d’IPSA Technologies

IPSA Technologies est une association travaillant sur des projets d’ingénierie aéronautique : drones, dirigeables, systèmes de pilotage automatique ou radiocommandé. Restructurée l’année dernière, l’association travaille de plus en plus sur les possibilités d’applications des neurosciences à l’aéronautique. Michael Boisard (IPSA promotion 2014), vice-président et responsable des projets neuro-technologiques présente ces innovations.

ipsa_tech.JPG

Comment vous est venue l’idée d’associer aéronautique et neurosciences ?

A l’occasion des Projets Industriels et de Recherche qui ont lieu en quatrième année, nous souhaitions proposer un système de pilotage pour drone innovant et réalisable avec les moyens techniques et humains mis à disposition par l’école. Nous nous sommes intéressés aux neurosciences et à leurs applications techniques possibles.

A priori, neurosciences et ingénierie aéronautique ont peu de choses en commun. Mais grâce aux modélisations de cerveau que permettent les neuro-technologies, on remarque par exemple qu’il y a des liens possibles avec tout ce qui touche au contrôle de commandes. Cela rejoint nos thématiques et rend possibles les applications que nous voulons mettre au point.

Après avoir lu beaucoup de littérature scientifique et technique, nous avons adapté quelques logiciels afin qu’ils puissent servir à contrôler un système mécatronique par la pensée.

donre_quad.JPG

Quels enjeux y’a-t-il a développer ces interfaces cerveau-machine dans l’aéronautique ?

L’avenir de l’aviation repose en partie sur une automatisation de plus en plus importante des appareils. L’avion sera toujours plus autonome, d’où la nécessité de mettre au point des systèmes de pilotage alternatifs. Aujourd’hui, plusieurs centres de recherche – avec qui nous sommes en contact – disposent des technologies que nous étudions. Les industriels commencent d’ailleurs à s’y intéresser de plus en plus.

Par exemple, un autre de nos projets est la mise au point d’un neurocockpit. Nous voulons développer des modules d’interface cerveau-machine prenant compte du facteur humain dans les paramètres de pilotage. L’objectif de ce neurocockpit est de mesurer en temps réel la réactivité du pilote et de pouvoir corriger automatiquement, en fonction de son activité cérébrale, les éventuelles erreurs de vol. Ces thématiques touchant à la sécurité sont au cœur des recherches aéronautiques et les neurosciences appliquées attirent les constructeurs qui doivent répondre à ces impératifs.

casque_eeg.jpg

De quel accompagnement avez-vous pu bénéficier dans le développement de ces projets ?

Nous sommes soutenus par le corps professoral et la direction de l’IPSA. Nous avons pu faire de ce qui était initialement un projet étudiant quelque chose de moteur pour notre association et poursuivre ces recherches en lien avec nos études. Les neurosciences appliquées à l’aéronautique n’en sont qu’à leurs balbutiements mais les progrès sont rapides. Si le secteur n’offre pour l’instant pas beaucoup de possibilités d’emplois – puisque nous en sommes toujours aux phases de recherche – il y a fort à parier que dans un futur proche, la demande va croître largement. C’est un sujet porteur pour nous, étudiants en aéronautique.

Pour ma part, je suis actuellement en stage au Centre de neurosciences du CNRS de Lyon où je travaille sur l’analyse de signaux neuronaux issus d’interfaces cerveau-machine. Je veux approfondir ma connaissance dans le domaine. Surtout, si nous voulons que les projets que nous avons imaginé voient effectivement le jour, nous ne pouvons plus travailler seuls. Ce stage me permet de rencontrer des experts en psychologie cognitive, en neurosciences, en bio-informatique… Cette démarche collaborative est essentielle, compte tenu du haut niveau scientifique et technique qu’un neurocockpit implique.

Si vous souhaitez rejoindre l’association, vous pouvez contacter ses membres par mail.

Posté le : 21 août 2013