Logo Ipsa

Actualités de l'école

Aéronautique Ecole Etudes International

Les Majors de l’IPSA : Méganne Penel (promo 2016), Majeure International

Si, lors de la cérémonie organisée au mois d’avril 2017, l’IPSA a remis un titre d’ingénieur à près de 95 IPSAliens de la promotion 2016, quatre d’entre eux eurent droit à une distinction particulière pour avoir terminé major de leur majeure respective. Après Damien Duchet, major de la Majeure Conception des Systèmes Spatiaux, c’est au tour de Méganne Penel, Majore de la Majeure International, de revenir sur ses années d’études à l’IPSA Toulouse puis Paris et sur son parcours depuis la fin de son cursus.


Les quatre Majors de la promotion 2016 :
Thibaut Robert (Conception des Systèmes Aéronautiques), Méganne PenelPauline Nunes (Management et Logistique Industrielle) et Damien Duchet (Conception des Systèmes Spatiaux)

Que représente l’IPSA pour toi ?
Méganne Penel : L’IPSA représente une étape importante de ma vie que je n’oublierai pas : celle de mon passage d’élève-enfant à celui de professionnelle, pleinement entrée dans la vie active. L’école m’a aussi permis de réaliser mon rêve, à savoir travailler dans le secteur de l’aéronautique, ma passion depuis l’enfance. D’ailleurs, la force de l’IPSA réside dans sa politique tournée vers l’entreprise, avec de nombreux stages et projets proposés. Il ne faut pas non plus oublier ses partenariats internationaux qui représentent un véritable plus pour les étudiants.

Que retiens-tu de ton cursus ?
Tout au long de mon cursus, j’ai appris à mêler passion, travail et loisir. L’IPSA m’a permis d’acquérir toutes les bases nécessaires à la formation d’ingénieur en aéronautique ainsi que les compétences spécialisées dans ce domaine. J’y ai également appris à cultiver mes passions avec Mach 0.1, le club de planeur et les activités proposés par le Bureau des Sports. La vie associative m’a aussi apporté de nouvelles compétences, comme avec IPSA Consult. Au sein de cette association, j’ai appris comment créer et faire vivre une association ! D’un point de vue plus personnel, j’ai beaucoup apprécié la complicité qui s’est créé dans notre promotion et en particulier avec les autres étudiants passés par l’IPSA Toulouse avant de rejoindre le campus parisien. On a appris à se connaitre, s’apprécier et se faire confiance. Maintenant, on forme une petite famille où chacun suit le tracé des autres et se soutient ou conseille lorsqu’il y a besoin !

Quel est ton parcours depuis la fin de ta 5e année ?
Aujourd’hui, je suis en CDI chez Altran et en mission pour Airbus Helicopters. J’ai intégré une task force (projet répondant à une problématique rapidement) sur l’amélioration de la lubrification de secours de l’EC225 en tant que support management et bureau d’études. À court terme, mes objectifs professionnels sont de me spécialiser dans les ensembles dynamiques et, à moyen et long terme, de devenir chef d’équipe pour gérer des projets de plus grande envergure.

As-tu une anecdote que tu aimerais nous raconter ?
Il y en a eu des anecdotes, que ce soit à l’IPSA Toulouse ou Paris !  Mais je me souviendrai toujours des cours de M. El Mahbouby, professeur de mathématiques et programmation du campus toulousain : même en plein travail, la bonne ambiance régnait toujours, notamment grâce à ses citations et ses inoubliables « oui ou non ?? » !

Quels conseils donnerais-tu aux étudiants de l’IPSA et aux lycéens souhaitant faire carrière dans le secteur aéronautique ?
De ne surtout pas hésiter à partir à l’étranger pour voir ce qui se passe ailleurs ! Le secteur de l’aéronautique est mondialisé et continuera à l’être : voir de nouvelles façons de travailler et d’appréhender des problèmes ne peut être que bénéfique, tant pour le futur designer que pour le manager de projets.
Je leur conseillerai également de ne pas oublier leurs loisirs et de s’ouvrir aux associations. Que ce soit en lien avec l’aéronautique ou pas, il faut garder un œil ouvert sur autre chose que le travail. C’est ce qui permet de cultiver notre ouverture d’esprit et de rencontrer de nouvelles personnes et parfois même de nouvelles opportunités.
Enfin, mon dernier conseil serait de ne pas hésiter à toucher à diverses spécialités (technique, production, management) pendant leurs stages ou projets industriels. Selon moi, c’est en ayant un œil ouvert sur tout ce qui se fait et dans toutes les branches qu’un ingénieur en aéronautique pourra briller et réaliser de belles choses.

 

Posté le : 28 juin 2017