Actualités de l'école
Recherche

Recherche

Perseus : un étudiant de l’IPSA construit une fusée

Dans le cadre de Perseus, le partenariat engagé par le Centre national d’études spatiales (Cnes) et des écoles d’ingénieurs (ainsi que des lycées techniques) pour faire travailler des étudiants sur des projets réels de lanceurs, Antoine Bianchi (IPSA promo 2015) met au point des matériaux composites pour le lanceur supersonique Sera. Le magazine online Futura-Sciences lui a récemment consacré un article.

RTEmagicC_Perseus_AntoineBianchi.JPG

Antoine au travail sur un passe-câble en carbone © Antoine Bianchi

Faire travailler des étudiants sur les lanceurs de demain : c’est l’idée du Cnes (Centre national d’études spatiales) lancée en 2005 au salon aéronautique du Bourget. Elle est devenue Perseus, pour Projet étudiant de recherche spatiale européen universitaire et scientifique. Le premier objectif est pédagogique, pour susciter des carrières dans le domaine de l’espace chez les futurs ingénieurs. Mais il est aussi pratique, car il s’agit de plancher sur de véritables innovations et même de réaliser une série de démonstrateurs pour un futur système de lancement capable de mettre en orbite des nanosatellites (de dix kilogrammes au maximum).

Antoine Bianchi a ainsi intégré l’équipe du laboratoire de mécatronique de l’IPSA. Passionné d’aéronautique, il s’intéresse particulièrement aux modèles réduits, « de planeurs de voltige ». Un domaine déjà pointu où la précision de la réalisation est essentielle. « Mais d’abord, je suis passionné par la technique », ajoute celui qui est devenu assistant, dans le cadre de son PIR (projet industriel de recherche), de Sylvain Pernon, responsable du laboratoire et du « macroprojet » ARES, qui consiste à réaliser une gamme de fusées modulaires aptes à servir de banc d’essai pour de multiples tests. Au sein de ce programme, les équipes travaillent aujourd’hui sur une version supersonique, Sera (Supersonic European Rocket Ares). Le démonstrateur Sera-1, monoétage, sera lancé sur la base d’Esrange (European Space Range) en Suède, au cours du mois de mai, et le prochain, Sera-2, aura deux étages.

Retrouvez l’article complet de Jean-Luc Goudet sur le site de Futura-Sciences

Posté le : 24 mars 2014