Logo Ipsa
Actualités de l'école
Vie étudiante

Vie étudiante

Coupes de robotique : des Anciens font le spectacle

L’équipe de Coffee Machine, association fondée par des Anciens de l’EPITA et de l’IPSA, s’est encore faite remarquer lors des éditions 2014 des coupes belges et françaises de robotique. Il faut dire que leur robot, réalisé à partir d’une machine à café, ne passe pas inaperçu.

Coffee-Machine-02.jpg


Pierre-Yves Vachot
(IPSA promo 2010), Théodore Morichau-Beauchant (IPSA promo 2010), Stanislav Rudico (IPSA promo 2011) et Thierry Bertrand (UTC Compiègne) – quatre anciens membres de l’association Evolutek – ont remis ça ! Rejoint cette année par Thomas Gallois (EPITA promo 2010 et également ancien membre d’Evolutek), le quatuor à l’origine de Coffee Machine participaient à nouveau aux coupes de Belgique et de France de robotique. Le dernier membre en date de l’association revient sur les performances réalisées par cet engin que ne renierait pas George Clooney.

logo1.png

Pourquoi as-tu décidé de rejoindre Coffee Machine ?
Thomas Gallois : En fait, je n’ai jamais vraiment « lâché » la robotique. Après avoir participé au concours avec Evolutek, j’étais passé de l’autre côté de la barrière en organisant la coupe de France de robotique pendant six ans ! L’année dernière, la coupe fêtait ses 20 ans et je m’étais toujours dit qu’après cet anniversaire, j’allais à nouveau participer en tant que candidat. J’ai donc choisi de rejoindre l’association Coffee Machine car j’avais déjà fait équipe avec eux à l’époque d’Evolutek.

Quelles ont été les performances de l’association pour cette édition 2014 de la coupe de France ?
À l’issue des phases qualificatives, nous sommes arrivés à la 4e place. Après, lors des phases finales, nous avons malheureusement été éliminés dès le premier match par l’équipe qui a fini 3e.

Cette année, le robot n’était pas le même que lors des précédentes participations de Coffee Machine, non ?
À sa création, pour sa 1re participation en 2010, Coffee Machine avait d’abord fait un robot « entièrement à la main ». Ce n’est qu’à partir de la 2e participation en 2011 que l’association a créé son robot à partir d’une machine à café. Cette année-là, Pierre-Yves, Stanislav, Théodore et Thierry étaient partis du principe qu’il fallait fabriquer la table (la zone de jeu) et le robot moins de 48 h après la publication du règlement de la coupe de France ! Nous avons gardé cette idée pour cette nouvelle édition sauf que nous nous sommes appuyés sur une nouvelle machine à café – l’ancienne étant une machine à percolateur, elle était assez petite et limitait les possibilités. La nouvelle est plus volumineuse et permet de faire plus de choses.

Le fait de vous baser sur une machine à café, c’est plus « fun » mais est-ce que cela vous impose certaines contraintes en retour ?
La principale contrainte consiste à s’adapter à son volume car nous souhaitons avant tout conserver l’intégrité externe de la machine : on la vide de tous ces mécanismes internes mais on garde la « coque ». Pour cette année, au vu du règlement de la coupe centré sur les PrehistoBots, nous avons dû changer toute l’électronique, greffer des moteurs, des roues, etc. Cela s’est fait en deux étapes : nous avons d’abord présenté notre première version du robot à la coupe de Belgique avant de nous rendre à la coupe de France. En Belgique, nous sommes juste arrivés avec un robot qui roulait. Rien qu’avec ça, nous avons pu gagner des points et faire de bons résultats : nous avons fini 9e sur la trentaine d’équipes en compétition et avons même reçu le prix du public !
Cela nous a bien motivés pour continuer à améliorer notre robot. Pour la coupe de France, nous lui avons donc ajouté des actionneurs pour récolter plus de points. Ces derniers permettaient de jeter des balles de ping-pong et un filet sur le mammouth de la zone de jeu.

Coffee-Machine-1024x976.jpg

Posté le : 6 juin 2014