Actualités de l'école
International

International

Un nouveau double diplôme avec l’université Salford de Manchester

En février dernier, l’IPSA officialisait un accord avec l’université Salford de Manchester. Tous comme pour les partenariats signés avec les universités de Cranfield (Royaume-Uni), de Cheng Kung (Taiwan), de Shenyang (Chine) et d’Arizona (Etats-Unis), ce dernier permettra à une poignée d’étudiants de l’école de valider un double diplôme reconnu lors de leur 5e année.

salford_manchester_02.jpg

Bienvenue à Salford

« L’université Salford a l’habitude de travailler avec des écoles d’ingénieurs françaises et d’accueillir leurs étudiants, détaille Gabrielle Torino, responsable des relations Internationales à l’IPSA. Elle est donc très ouverte. De plus, avant de devenir une université dans les années 90, l’établissement était initialement un collège d’ingénieurs créé au 19e siècle par décret royale. Son département d’aérospatial est donc très reconnu. Salford a également des accords avec des entreprises qui garantissent des stages en Angleterre pour les étudiants poursuivant un master chez eux. Ce sera donc une première pour l’IPSA car, jusqu’ici, nous n’avons jamais eu d’étudiants en stage en Angleterre, notamment parce que les entreprises anglaises privilégient les partenariats avec les établissements britanniques. »

salford_manchester_03.jpgLe double diplôme, un plus pour l’expérience et pour le CV !

Dès la rentrée 2014-2015 qui aura lieu au mois de septembre, deux étudiants de l’IPSA, Xavier Bovier-Lapierre et Vincent Jouffroy, étrenneront ce nouveau partenariat et partiront effectuer leur 5e année à Manchester pour obtenir un double diplôme en plus du titre d’ingénieur.

Vincent s’attèlera à travailler pour son master Autonomous Systems, Xavier œuvrera à la réussite d’un master de recherche Aerospace Mechanical Engineering. « C’est dans la lignée de la spécialité Mécanique & Structure de l’IPSA, explique ce dernier. On va apprendre tous les assemblages de grands ensembles aéronautiques, les grosses parties du fuselage, comment ça marche, etc. Et l’avantage de ce master, c’est le partenariat avec une entreprise sur place qui permettra d’effectuer un stage à la fin. » Parti à Taiwan lors du semestre obligatoire à l’international, Xavier est impatient de remettre les pieds à l’étranger, pour « l’expérience » mais aussi pour son « CV ». « C’est quand même un avantage d’avoir un double diplôme et de montrer qu’on est mobile, précise Xavier. J’ai sauté sur l’occasion que représentait le partenariat avec Salford car c’était pile-poil ce que je voulais faire. J’ai hâte de voir comment est la vie sur place, de pouvoir m’intégrer et parler anglais tous les jours. Car même si je me débrouille déjà très bien, ça me permettra vraiment d’avoir un niveau encore meilleur. Je compte aussi en profiter pour visiter la région car je vais m’y rendre avec ma voiture. » Quant à savoir si Xavier profitera de cette année pour aller voir un match de football, véritable religion à Manchester, l’étudiant ne laisse pas de place au suspense : « Bien sûr, c’est une évidence ! Et à choisir, je suis plus United que City ! »


A propos de l’université de Salford
L’université de Salford, université publique de Recherche située non loin de Manchester, compte environ 20 000 étudiants. Elle possède le Musée de Salford, première bibliothèque municipale à accès libre et gratuit en Angleterre, ainsi qu’une Galerie d’Art, tous deux situés sur le campus près du Parc du Peel. En 1992, le collège a obtenu le statut d’université et HRH Prince Philip, Duke of Edinburgh qui fut le premier chancelier de l’université s’est toujours beaucoup intéressé à son développement. En 2012, l’université de Salford a annoncé son partenariat avec BAE Systems, la plus grande entreprise d’armement du Royaume-Uni et quatre autres universités du Nord-Ouest de l’Angleterre (Liverpool, Manchester, UCLAN et Lancaster) pour travailler sur le programme « Gamma ». Le but du programme est de développer « des systèmes autonomes » ; solutions basées sur les technologies pour remplacer les humains dans certaines tâches banales, dangereuses, salissantes, minutieuses et/ou précises, que requièrent les secteurs comme l’aérospatial, le nucléaire, l’automobile, la pétrochimique et également pour les drones militaires. L’université est aujourd’hui classée 551e dans le Top 600 des universités par le QS World University Rankings (2013).

Posté le : 26 juin 2014