Logo Ipsa
Actualités de l'école

Aéronautique Entreprise Evénements

Emploi, technologies… : quand l’IPSA et l’IPSOS sondent les acteurs de l’aéronautique

Après une première édition riche en enseignements en 2017, l’Observatoire des métiers de l’air et de l’espace coordonné par l’IPSA et l’Institut IPSOS dévoilait les résultats de sa nouvelle enquête, ce jeudi 6 juin 2019 lors d’une conférence donnée au sein du Campus Paris Centre du Groupe IONIS. L’occasion pour Francis Pollet, directeur général de l’IPSA et Federico Vacas, directeur adjoint du département politique et opinion d’IPSOS France de revenir sur les grandes tendances d’un secteur multipliant les innovations et les réussites via l’analyse de données recueillies auprès de plus de 200 dirigeants d’entreprises. En plus de vous proposer dès à présent de télécharger le rapport complet de l’Observatoire des métiers de l’air et de l’espace 2019, l’IPSA revient sur quatre points clés de cette enquête.


Federico Vacas et Francis Pollet


L’Observatoire des métiers de l’air et de l’espace 2019 vue par Francis Pollet :

« Cette photographie évoque le niveau de confiance, les questions qui se posent, notamment autour des nouvelles technologies mais aussi le besoin en ressources humaines nécessaires pour atteindre les objectifs ambitieux. Quelles sont les qualités recherchées chez nos jeunes dont la formation dure jusqu’à 5 ans ? Que faut-il leur enseigner et quelles connaissances et capacités sont indispensables à la croissance ? Tel est l’éclairage que cet observatoire 2019 propose à la profession avec un but avéré : maîtriser la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences ! »



Un secteur en forte croissance et optimiste…

Déjà annoncée par le récent rapport du Gifas, la bonne santé de l’aéronautique française n’est plus à prouver. Affichant une forte croissance de l’ordre de 4,4 % par an sur les deux dernières décennies (données IATA), associée à une fréquentation des vols encore en progression (4,59 milliards de personnes devraient prendre place dans un avion en 2019, soit 250 millions de plus qu’en 2018) et une prévision du doublement du trafic aérien mondial d’ici 2037, le secteur se porte donc très bien et cela s’en ressent du côté des constructeurs. De ce fait, comme la flotte mondiale d’avions passagers va plus que doubler d’ici 20 ans, avec 48 000 appareils prévus et que le carnet de commandes global des avionneurs s’élève à 14 816 avions, dont 7 355 pour Airbus (soit 10 ans de commandes à réaliser), l’enquête de l’IPSA et de l’IPSOS révèle une confiance encore plus importante des dirigeants sur les perspectives de recrutement : 84% d’entre eux sont optimistes à ce sujet (+10 pts), 18% étant « très optimistes » (+4 pts).

 


… mais qui peine encore à recruter à la hauteur de ses ambitions

Pour autant, malgré cet optimisme, cette nouvelle édition de l’Observatoire des métiers de l’air et de l’espace pointe également du doigt une vraie tension sur les ressources humaines qualifiées et disponibles. En effet, dixit les dirigeants, la demande en ressources humaines reste un challenge de premier plan avec les départs massifs à la retraite de personnel très expérimenté. La croissance pourra être impactée si les précautions en matière de formation et d’embauche ne sont pas anticipées.



Des compétences très spécifiques et des ingénieurs toujours très demandés

Autre enseignement qui ressort de l’enquête : la topologie des profils recherchés. Sont « visés » en première ligne les ingénieurs, en particulier pour rejoindre les contingents liés aux champs de la maintenance, de la réparation et de l’après-vente. De l’avis de 35 % des dirigeants interrogés, ces profils auront également de grandes chances de travailler sur une évolution technologique qui transforme justement de manière importante les métiers du secteur :  l’intelligence artificielle. Jugée comme étant la plus créatrice d’emploi dans les années à venir, l’IA est talonnée de près le Big Data (30 %), l’avion électrique (29 %), les drones (28 %) et la cybersécurité (28 %), toutes citées par plus d’un quart des répondants.



La formation encore valorisée !

Comme c’était déjà le cas en 2017, 9 dirigeants sur 10 estiment que les jeunes diplômés d’écoles d’ingénieurs recrutés par leur entreprise ont une bonne capacité à apprendre et progresser dans l’entreprise (91 %, -1 pt) – notons toutefois une baisse du nombre de diplômés correspondant « très bien » à cette attente (21 % contre 29 % en 2017). Un plébiscite qui permet de rappeler combien l’ingénierie à la française reste réputée chez elle comme à l’étranger !



L’Observatoire sera à nouveau présenté lors de l’incontournable Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace Paris Bourget (SIAE) qui se déroulera du 17 au 23 juin 2019 et auquel participera l’IPSA :

Mardi 18 juin 2019 de 10 h à 11 h

Hall de l’Avion des Métiers

salle 1 (places limitées)


Télécharger le dossier de presse

Posté le : 6 juin 2019